la Noiraude retourne chez Paulo

L’année commence bien tient! Moi qui pensais être enfin débarrassée du système Paulo, intérim et piaunage de taf, ben voila que j’y retourne.

Il est vrai que je ne me plaisais pas dans mon job et que je cherchais ailleurs pour pouvoir partir mais je ne pensais pas partir si vite, et surtout pas sans un autre boulot. C’est d’ailleurs ce que je j’ai répondu à mon patron quand il m’a dit qu’il souhaitait qu’on se sépare  » J’vous cache pas que je voulais partir mais j’étais pas pressée à la minute »

Mais alors, que c’est-il passé vous vous demandez? J’y viens.

A mon boulot, en plus de mes collègues, il y avait un autre point positif que j’appréciai tout particulièrement, c’était le chien. (j’étais donc à 2 points positifs). Dans nos locaux, on a un jeune compagnon à quatre pattes Un gentil loulou qui ne me quitte jamais d’une semelle et dont je prenais plaisir à emmener en promenade à la pause de midi. Très pot d’colle, il m’empêche parfois de faire mon boulot, mais sa présence m’apaise et me rend heureuse. Je me suis vraiment attachée à lui. Et comme vous le savez, je suis une grande amoureuse des animaux. Et je ne supporte pas les voir souffrir, je ne supporte pas qu’on leur fasse du mal.

Mais voila, c’est justement ce qui s’est passé. Je ne rentrerais pas dans les détails. Je ne préfère pas. Et puis, vous en seriez choqués.

Je suis rentrée à la maison, choquée et énervée par ce qui s’était passé. Je n’ai pas vu l’acte mais on me l’a raconté, ça venait de se passer juste avant que j’arrive à mon poste, et j’ai surtout vu l’état du chien. Mon homme m’a tout de suite dis d’appeler la spa. Bien sur, c’est ce que je pensais, mais j’hésitais, car je connaissais les risques.
Ce n’est pas la première fois qu’il y a eu ce genre d’agissements. On m’en avait racontés pas mal sur l’ancien chien. Et vu que personne n’est jamais intervenu, la déduction, sur la dernière arrivée serait facile. Il m’a obligée à le faire, à appeler. Je l’en remercie car peut être que sans lui je n’aurais pas eu la force et le courage d’agir.
J’ai une amie bénévole, je l’ai d’abord appelé pour lui en parler et savoir si elle pouvait intervenir. Elle est bénévole mais n’a pas la fonction d’intervenir. Par contre, elle a pu transmettre ma demande. Malheureusement, personne n’a pu venir dans la journée. (manque de bénévole compétent et disponible). Ils viendraient le lendemain.

Le lendemain, je suis retournée au boulot, avec appréhension je l’avoue et non sans mal aussi car la route de campagne sinueuse qui mène à mon boulot n’était pas déneigée. D’ailleurs à cause de ce temps, la visite n’a pu avoir lieu que l’après midi. Ils sont arrivés. Il les a très mal accueillis, et s’est mit en colère quand ils ont refusé de donner le nom de la personne qui les envoyait. Ils m’a lancé un regard noir (j’avoue qu’il m’a foutu la trouille) et m’a demandé si je savais quelque chose. J’ai répondu que ne savais pas mais que je savais ce qui c’était passé. Vive réaction du concernés qui emmène d’un geste rapide et décidé ses visiteurs faire un tour dehors.Puis ils sont revenus, là il avait changé de ton et se faisait passer pour le maitre idéal. Il a bien sur tout nié en bloc. Une des deux bénévoles a pu regarder le chien de prêt et a vu son oeil (je les avais aussi prévenu des endroit où il y avait des marques : le nez et l’oeil). Mais le lendemain ça avait (heureusement pour le loulou) bien cicatrisé. Par contre, son oeil était encore rouge, alors une fois accroupie  devant lui et regardant sa tête de plus prêt, elle a pu le voir et le faire remarquer au maitre. Il n’a rien répondu. Il leur à raconter avoir du mal avec son éducation, ce qui est vrai (c’est pas une race facile, c’est un chien de garde). Ils sont repartis, comme ils sont venus.
Comme me  l’a ensuite expliqué mon amie, sans aveux et sans preuve formelle, ils ne peuvent rien faire. Je m’en veux de ne pas être intervenue quand ils étaient là. De n’avoir rien dit. Mais j’avais peur de ce qui pouvait se passer, bien que je ne savais pas justement, ce qui pouvait se passer.

Après leur départ il a essayé de me faire parler par des réflexions du genre « quand on est honnête on avoue….. vous me décevez de plus en plus…. ». Et moi de répondre « je vous l’dis franchement, j’ai eu l’envie de le faire mais je ne l’ai pas fait, ce n’est pas moi ». Mais il avait déjà son idée bien encrée.
Au moment où je partais pour rentrer chez moi, il m’a convoquée. Et c’est là qu’il a lancé :

« je pense qu’on va s’arrêter là » …………………

Je ne me suis pas défendue. Je lui ai avoué. Je lui ai dis tout ce que j’en pensais. Et quand il m’a dit que « c’était vraiment dommage, tout ça pour rien, car le chien n’était pas malheureux…… », je lui ai confirmé mes convictions et j’ai bien insisté sur ça, et sur le fait aussi que je partais la conscience tranquille tout en gardant mes opinions.
J’ai dis ce que j’avais sur le coeur. J’ai parlé un employeur comme jamais je ne l’avais fait (avec calme et respect total).

Alors voila, d’ici un mois, me voila de nouveau parmi ce chiffre qui augmente chaque mois.

Je n’ai aucun regret. Sauf celui de ne pas avoir réussi à sauver le chien en le faisant sortir de cet endroit. Je n’aurais pas pu continuer à travailler en sachant cela et lui ne peut me garder en sachant ce que j’ai fais. La confiance est rompue qu’il dit. Il a raison car si jétais restée, j’aurais recommencé dès qu’il aurait recommencé.

Et c’est un mal pour un bien, hein, comme dit mon homme. Il attendait que ça d’ailleurs lui, que je parte de là bas. Et je le remercie encore de m’avoir poussé à agir.

Une bien longue histoire (moi qui disait ne pas vouloir rentrer dans les détails) et pas facile à suivre, pour vous raconter comment j’ai réintégré la grande famille de chez Paulo, celle qui est de l’autre coté (Dehors pas dedans).

Mais comme je l’dis toujours,  la Noiraude retombe toujours sur ses pattes. Je dégotterai bien quelques petits boulots par ci par là. Même s’il faut retourner à l’usine en attendant et que c’est pas toujours facile, c’est un chemin à prendre, je le connais, et il faut bien avancer. Et puis j’vais bien finir par le trouver ce vrai boulot sans date de fin qui me plaira.

Je ferai prochainement appel à vous de nouveaux, alors vous pouvez dès maintenant vous échauffer les doigts😉

32 réponses à “la Noiraude retourne chez Paulo

  1. Ne regrette jamais ! Ne regrette jamais d’avoir dénoncé cette brute infâme ! Je sais ce qu’il t’en coûte, je sais ce que cela représente pour toi de perdre ce boulot mais je sais aussi qu’il faut se regarder chaque jour dans la glace et être certain que l’on vit en harmonie avec ses convictions. Tu as fait ce que tu devais faire pour cela, sois fière de toi Bella ! Il y a des choses qu’on ne peut pas accepter, c’est comme ça. C’est parce que le silence est roi que le pire arrive. Et ça c’est inadmissible !

  2. Que se passe-t-il concrètement ? Tu vas jusqu’au bout de ton contrat ? Tu sais qu’il ne peut interrompre ton CDD et dois te rémunérer jusqu’à son terme ?
    On en parle si tu veux… Je peux t’appeler.
    Quoi qu’il en soit, n’aie pas de regrets car tu as bien fait.
    Je t’embrasse
    LO

    • Il croyais que j’étais en cdi. Il ne se rappelait pas que j’étais censée signer un 2e contrat de 6 mois. Et vu le bordel que c’est niveau organisation….. Depuis octobre je n’ai pas de contrat, j’ai laissé couler.Franchement je m’en foutait. Donc, c’est comme si j’étais en cdi. On fait une rupture conventionnelle. Il doit contacter notre bureau comptable pour les démarches (depuis mardi soir je ne sais pas si ça été fait, j’étais débordée et la comptable était absente les 2 jours qui ont suivi).
      Je vais poser les jours de congés qu’il me reste.
      Je pourrais contester, me défendre mais j’en ai pas envie, car comme je l’ai dis, je ne peux plus travailler là bas après ce qu’il s’est passé.
      Ne t’inquiete pas, je n’ai pas de regret, même si j’ai quand même un peu les boules.
      Merci pour tout.
      je t’embrasse

      • Je comprends… je suis trop allée au casse-pipe moi-même pour te conseiller de t’embarquer dans un conflit avec ce type. Pense quand même à réclamer ton attestation de droit au DIF et le nom de son OPCA. En sus du reste bien sûr !
        Bon courage ma Noiraude
        Bisous

          • Le DIF, c’est le Droit individuel à la Formation. Tu as acquis un certain nombre d’heures durant ton contrat. Si tu souhaites faire une formation, c’est la première base de financement. Quant à l’OPCA, c’est l’organisme paritaire qui récolte les fonds à la formation auprès des employeurs. La remise de ces docs est à présent obligatoire avec le solde de tout compte et l’attestation Assédic mais vu le contexte…

  3. Bravo LNDJ !!
    Il y a des choses qui valent la peine qu’on se batte pour elles. Et même si ça n’a l’air de « rien », il nous a été donné de veiller sur les animaux, pas de les maltraiter.
    Gros bisous et courage pour la suite….

  4. J’espère qu’il ne s’est pas fait mal en frappant le chien. Après ça risque de s’infecter. Faut faire attention avec ça. Toujours mettre des gants avant de frapper un chien. Sauf si on lui donne un coup de pied. Dans ce cas, ça serait balot de mettre des gants aux pieds.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s